Objectifs du millénaire pour le développement et Nutrition

Apr 05,2019

En 2000 à New York, 193 membres de l’ONU et au moins 23 organisations ont fixé  et adopté 8 objectifs dont la réalisation permettrait d’améliorer la vie des êtres humains. Ce sont les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Ces objectifs recouvrent de grands enjeux humanitaires : la réduction de l’extrême pauvreté et de la mortalité infantile, la lutte contre plusieurs épidémies dont le SIDA, l'accès à l’éducation, l’égalité des sexes, et l'application du développement durable. Les signataires avaient convenu de les atteindre pour 2015. Chacun des Objectifs du Millénaire pour le Développement se décompose en plusieurs cibles. Pour la plupart de ces objectifs les aspects nutritionnels sont importants
 
Le 1er objectif des OMD (Goal 1) a pour intitulé la réduction de l’extrême pauvreté et la faim. Cet objectif repose sur trois cibles, et comme troisième cible de réduire de moitié entre 1990 et 2015 la part des individus souffrant de la faim (malnutrition, sous-nutrition). La hausse des prix des matières premières, mais également les changements dans les régimes alimentaires, l'urbanisation, l'utilisation des parcelles pour la production de biocarburants ou encore le problème des subventions aux agricultures développées, rendent cette cible difficile à atteindre.
 
Où en sommes-nous ?  La proportion d’enfants de moins de 5 ans malnutris a diminué de 33% en 1990, à 26% en 2006. Néanmoins l'Asie du Sud et l'Afrique sub-saharienne demeurent les zones les plus touchées par la sous-nutrition infantile, avec plus de 140 millions d’enfants de moins de 5 ans en insuffisance pondérale. Alors que des efforts économiques ont été constatés en Asie entre 1990 et 2006, notamment en Chine, cette région compte toujours la moitié des enfants en insuffisance pondérale du monde. L’Afrique sub-saharienne est la région ayant réalisé les plus faibles efforts en matière de lutte contre la malnutrition infantile [1].
 
Ce qui a réussi. Sur la base des pistes de travail des OMD, on peut regrouper les initiatives pour l’atteinte du Goal 1 : l’accès à la micro-finance, programmes nationaux ou régionaux d’amélioration de la production agro-alimentaire, l’émergence d’espèces alimentaires plus résistantes et nutritives, les initiatives caritatives ou industrielles visant l’amélioration des aliments infantiles [2]. 
 
La microfinance a aidé les personnes de bas revenu à obtenir des opportunités inespérées de financement de projets, leur permettant d’accéder à une satisfaction des besoins alimentaires de certaines vivant auparavant sous le seuil de pauvreté. Les institutions les plus emblématiques de la microfinance sont : Grameen Bank of Bangladesh (du Nobel de la Paix M. Yunus), ACCION International en Amérique latine, et la Self-Employed Women’s Association (SEWA) Bank en Inde [2].   
 
Certains pays ont augmenté leur importation de plants adaptés et d’engrais, ceci dans le but de favoriser la production agricole, qui elle-même boosterait ensuite l’élevage. Le Malawi a réalisé grâce à un Programme National d’acquisition de fertilisants étalé sur 2 ans, un dépassement de ses besoins propres en maïs, estimés à 2,2 millions de tonnes. D’une production de 1,2 millions de tonnes de maïs avant cette campagne,  elle est passée après implémentation de ce programme  à 3,2 millions de tonnes [1]. 
 
La découverte et la culture du riz de souche NERICA (New Rice for Africa) a permis d’augmenter de 200% la production du riz et d’améliorer la sécurité alimentaire  des pays qui l’ont adopté tels la Côte d’Ivoire, la République Démocratique du Congo, la Guinée, le Kenya, le Mali, le Nigeria, la République du Congo, le Togo et  l’Ouganda. La culture du Nerica a permis à ses exploitants de tirer profit  de son appréciation sur les marchés [2].
 
Enfin, il existe des initiatives multisectorielles visant à améliorer quantitativement et qualitativement les aliments destinés aux enfants : fortification et enrichissement par les industries de production d’aliments infantiles ; ONG finançant les actions d’enrichissement des aliments infantiles (Micronutrients Initiative de B. et M. Gates) ; partenariat TNT-PAM (compagnie de courrier express – Programme alimentaire mondial) pour le transport par air et par camion d’aliments destinés aux régions en crise (Haïti, Iran, Irak, Liberia et Soudan) [2]
 
Ce qu’il y’a besoin de faire. En 2013, le constat de non atteinte du Goal 1 des OMD est évident. Néanmoins l’amélioration des conditions de vie des êtres humains, étant une préoccupation de tous et de tout instant, il faut poursuivre les efforts dans le sillon  de ce qui a fait preuve d’efficacité et d’efficience certaines, à savoir : assurer des mécanismes sociaux permettant de minimiser les conséquences sur les pauvres du ralentissement économique et l’augmentation des prix des aliments et de l’énergie ; accroître rapidement l’aide alimentaire d’urgence pour permettre au PAM et aux autres programmes d’aide alimentaire de fournir une assistance alimentaire ; promouvoir les programmes scolaires de nutrition ; aider les pays en développement , surtout les pays subsahariens à transformer leur agriculture de subsistance, dans le but d’assurer un développement à long terme et  une économie plus diversifiée ; soutenir la recherche en amélioration des techniques agricoles et changement climatiques ; promouvoir un accès équitable aux ressources économiques et à l’emploi, particulièrement pour les jeunes et les femmes ; réaliser des partenariats société civile, ONG, secteur privé dans le but de réaliser des stratégies de développement visant la participation des pauvres, en région urbaines ou rurales
 
Références
1. The Millennium Devel¬opment Goals Report 2008, United Nations; United Nations MDG Database http://mdgs.un.org; visité le 20/01/2013
 
2. Goal 1 : eradicate poverty and hunger. United Nations ; www.un.org/millenniumgoals ; visité le 20/01/2013